Les racines de la culture fasciste entre latinité et méditerranéité

Colloque International le 26 et 27 novembre 2015

Salle du Conseil, UFR LASH, Université Nice Sophia Antipolis

 

Le programme du colloque est disponible sur le site du CMMC:

http://cmmc-nice.fr/wp-content/uploads/2015/07/PROGRAMME-FASCISME.pdf

 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des générations de chercheurs se sont employées à explorer et proposer diverses « interprétations du fascisme », pour reprendre le titre d’un ouvrage de l’éminent historien Renzo de Felice. Dans les dernières années du XXe siècle, avec la fin des grands affrontements idéologiques et intellectuels, un relatif consensus s’est fait jour sur les grands aspects de la doctrine comme du régime fascistes. Un sujet se révèle cependant en reste et continue de susciter controverses et polémiques : la culture fasciste.
Objet polymorphe, aux ramifications nombreuses, la culture, pourtant pivot du projet et du régime fascistes, demeure difficile à cerner, non pas dans ses manifestations, largement étudiées, mais dans son essence. La place de la culture dans l’élaboration du mouvement fasciste et dans la consolidation du régime, comme matrice de la marche au totalitarisme, ne fait pas de doute mais le risque est grand de classer sous cette étiquette générique des éléments contingents ne traduisant pas la véritable nature du fascisme. Or la culture innerve toute l’histoire du fascisme et assure même le lien, la continuité si tant est que l’on puisse en déceler une, entre ce qu’il est convenu d’appeler le « fascisme-mouvement » et le « fascisme-régime ».
Aussi apparaît-il nécessaire et intéressant de retourner la perspective traditionnellement retenue et de revenir aux sources : au lieu de s’interroger sur le rôle de la culture comme outil du fascisme, a posteriori donc, le colloque se propose d’explorer le rôle de la culture comme paramètre déterminant du fascisme. En d’autres termes, plutôt qu’un dérivé du fascisme, la culture apparaîtrait comme l’un des fondements du « modèle » fasciste. Cela revient à repousser la distinction quelque peu artificielle entre culture politique et culture mentale, littéraire ou artistique. La culture fasciste formerait ainsi un tout, dont on chercherait les « racines », terme polysémique qui renvoie à la fois aux origines et à l’« enracinement », c’est-à-dire l’imprégnation de ce fonds idéologique dans l’expérience fasciste.
L’objectif s’avère si vaste qu’il impose de réduire la focale et de retenir une fenêtre d’observation à la fois précise et porteuse de l’ensemble des enjeux à l’œuvre : celui de la latinité et de la méditerranéité dans la culture fasciste. On retrouve d’ailleurs là un autre sens du terme de racines, plus géographique cette fois, qui replace le fascisme dans son berceau, entre Italie et Méditerranée.
Les thèmes de la latinité et de la méditerranéité marquent en profondeur les racines et références du fascisme. Ceux-ci, largement attestés, n’ont cependant pas fait souvent l’objet d’analyses précises et circonstanciées. D’où tirent-ils leur origine ? Quels ont été les vecteurs de leur diffusion ? En quoi constituent-ils une référence opératoire légitimant une doctrine, un régime puis une politique ? S’agit-il d’un habillage plus ou moins habile ou traduisent-ils une idéologie profonde ? Ces questionnements non exclusifs peuvent être explorés à divers supports et échelles : dans la production des fascistes eux-mêmes ou de leurs inspirateurs, comme thèmes fondateurs d’une politique, d’un projet, d’une œuvre artistique et littéraire, comme référence culturelle constitutive d’une mentalité, voire d’une identité…
Discours politiques, articles de presse, essais, œuvres littéraires, artistiques et politiques, archives politiques et diplomatiques attendent les chercheurs qui les interrogeront à travers cette approche précise. Ce colloque entend véritablement afficher une dimension pluridisciplinaire en ce qu’il fera travailler des chercheurs issus de disciplines différentes sur le même corpus.

Avec le soutien financier de l’ANR ICEM

Citoyenneté, République et démocratie (1789-1899)

Séminaire organisé par la Régionale de Nice de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG), avec le soutien du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et de l’ANR ICEM

Mercredi 25 novembre

Salle de conférence de la Bibliothèque Henri Bosco (1er étage)

Faculté des Lettres – Campus Carlone  98, bd Édouard Herriot – 06 200 Nice

14 h Olivier CLOUET, Myriem REBAÏ (Président et trésorière de la Régionale de Nice, professeurs d’histoire-géographie) : Mot de bienvenue et introduction

14 h 10 Jean-Yves MOLLIER (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines) : « Ah ! que la République était belle sous l’Empire… » Citoyenneté, République et démocratie à l’épreuve des scandales dans les années 1880-1900

15 h 15 Jérémy GUEDJ (Docteur en histoire contemporaine de l’Université de Nice, professeur d’histoire-géographie) : Les identités difficiles ? Minorités, citoyenneté et République en France au XIXe siècle

16 h 20 Olivier CLOUET (Président de la Régionale de l’APHG, professeur d’histoire- géographie) : Éclairage documentaire sur la citoyenneté en Algérie après la conquête française

Appel à communication: Les élites politiques du Sud de la France et les conflits armés en Méditerranée de la Révolution française à nos jours

Appel à communication

 

« Les élites politiques du Sud de la France et les conflits armés en Méditerranée de la Révolution française à nos jours »

 

Colloque international organisé à Nice les 24 et 25 mars 2016

 

Résumé

L’objectif de ce colloque est d’éclairer la spécificité de la culture politique des élites méditerranéennes françaises, en analysant leurs réactions face aux conflits armés qui traversent la Méditerranée à l’époque contemporaine. Il s’intéressera essentiellement à l’attitude des élus au cours de ces conflits. Liée à leurs convictions politiques, religieuses, à des solidarités géographiques ou culturelle, elle interroge la façon dont ils relaient ou non la politique gouvernementale, leur gestion des répercussions de ces conflits sur le territoire, leur engagement personnel aux côtés de certains des belligérants, mais aussi les usages mémoriels de ces événements et les traces ou fractures durables qu’ils ont pu laisser.

 

Argumentaire

Depuis 1789, les États riverains de la Méditerranée ont été affectés, à des dates diverses, par la montée des nationalismes et par un processus de modernisation importée et souvent contrainte qui déstabilise les structures socio-économiques traditionnelles. C’est l’une des raisons des nombreux conflits armés que connaît l’espace méditerranéen à l’époque contemporaine. Le sud a notamment été le théâtre des nombreux affrontements liés aux processus de colonisation puis de décolonisation, alors que le nord est l’un des points chauds des « guerres civiles européennes »  qui partagent le continent au cours des XIXe et XXe siècles. Elles opposent la « Civilisation » à la « Barbarie », le « Progrès » à la « Réaction », les « révolutionnaires » puis les « libéraux » aux « contre-révolutionnaires » ou « conservateurs », par la suite le « communisme » au « fascisme », les « résistants » aux « collaborateurs », etc. La dimension idéologique de ces luttes explique en partie leur caractère transnational. Il est éminemment sensible en France, une des puissances dominantes de cet espace. Le gouvernement proclame parfois une neutralité problématique, comme lors des événements italiens de 1860 ou de la guerre civile espagnole de 1936. En d’autres occasions, il s’implique activement dans ces affrontements, diplomatiquement ou militairement, même lorsqu’il n’en est pas l’initiateur ou l’un des principaux protagonistes. Ses choix suscitent des débats politiques intérieurs, auxquels participent les simples citoyens comme les forces politiques organisées. C’est particulièrement le cas dans le sud de la France (Algérie comprise durant la période coloniale), interface terrestre, via les Alpes ou les Pyrénées, ou maritime avec le reste de la Méditerranée. Particulièrement dans les zones frontalières, l’espace méridional apparaît ainsi selon les cas comme une base arrière, par laquelle transitent aides matérielles ou combattants, mais aussi comme un espace de repli, accueillant, au moins temporairement, les victimes de ces conflits, simples civils ou belligérants.

L’étude des élites politiques locales (principalement les élus comme les maires, les conseillers généraux, ou les parlementaires) apporte un éclairage essentiel sur ces formes d’implication dans les conflits méditerranéens. Leurs activités les amènent naturellement à faire face aux répercussions de tous ordres qui peuvent affecter leur territoire. Dans le même temps, leurs engagements politiques, syndicaux ou religieux, les affinités culturelles ou géographiques (songeons aux élus de Catalogne française par exemple) en font souvent des acteurs majeurs des formes de solidarité transnationales qui s’expriment lors de ces événements. Organisé par l’ANR ICEM, qui étudie les identités et les cultures des élites politiques en Méditerranée à l’époque contemporaine, ce colloque vise à éclairer leur rôle dans ces circonstances, et notamment montrer dans quelle mesure elles manifesteraient une sensibilité particulière lors de ces conflits. Pour ce faire, on privilégiera les approches suivantes, qui peuvent s’additionner ou s’articuler :

  • Les élites politiques, intermédiaires entre l’État et la population

Les élites politiques sont parfois les relais de la politique gouvernementale. C’est notamment le cas de fonctionnaires comme les magistrats, les militaires, les membres de l’administration préfectoral, et de ceux, parfois les mêmes, qui détiennent des mandats électifs, comme les maires ou les parlementaires. Les uns comme les autres sont souvent chargés de s’informer, de surveiller, ou de mettre en place à l’échelle locale certaines politiques gouvernementales : accueil des réfugiés, installation de services de l’État spécialisés, etc. Ces dernières n’ont parfois qu’une existence éphémère, mais ne peuvent-elles annoncer en diverses occasions les évolutions de l’action de l’État, en matière de contrôle des populations ou d’action sociale, par exemple ? Cependant les élites ne sont pas de simples relais, elles jouent aussi un rôle d’intermédiaire. Amenées à expliquer, à justifier ou à critiquer la politique gouvernementale auprès de la population, elles font aussi remonter à Paris les préoccupations de cette dernière, ce qui contribue parfois à infléchir l’action du pouvoir. La tribune parlementaire s’avère dans cette optique un lieu privilégié, mais on peut aussi songer aux multiples adresses, pétitions ou rapports rédigés ou propagés par les élites. L’étude de ces différentes questions pourra notamment être sous-tendue par une réflexion sur l’impact de ces relations entre l’État et les acteurs politiques locaux, sur l’intégration de ces derniers à une culture politique nationale, ou au contraire sur l’affirmation à cette occasion d’une spécificité méridionale.

 

Les élites politiques et la gestion des répercussions des conflits

Les élites politiques peuvent agir aussi indépendamment de l’État, voire en contradiction avec une politique nationale contraire à leurs convictions. Par ailleurs, ces conflits ont des répercussions particulièrement marquées dans le sud de la France. Ils mettent par exemple à mal certaines activités économiques, en stimulent d’autres, parfois clandestines. Les passages de volontaires ou l’installation plus ou moins durables de réfugiés ont aussi des conséquences socio-économiques importantes. Comment les élites gèrent-elles ces obligations, ces difficultés spécifiques ? On pourrait songer pour les maires à la question des certificats de décès des réfugiés ou autres individus de passage sur le sol de ces communes. Elles se présentent aussi bien dans le temps court lors d’événements paroxystiques que dans la longue durée. On s’interrogera sur la façon dont ces élites politiques y ont fait face, mais aussi sur les interactions entre ces tâches nouvelles et les autres obligations des élus. On s’intéressera tout particulièrement à la façon dont ces activités affectent leurs relations avec le pouvoir central et les autorités militaires, voire les amènent à nouer des contacts avec les protagonistes des pays voisins.

  • L’engagement des élites politiques dans ces conflits

Les élites politiques du sud de la France peuvent aussi prendre parti dans ces affrontements. Cette implication peut être directement liée aux fonctions publiques exercées, mais aussi ne se manifester qu’à titre privé. Aussi convient-il de prendre en compte non seulement les actions des individus exerçant des fonctions électives, mais aussi celles qu’ils ont pu avoir avant ou après l’exercice de leur mandat, voire celles d’acteurs majeurs de la vie politique méridionale (cadres de partis, journalistes, etc.). Les formes de ces engagements sont variables, synchroniquement et diachroniquement. Elles se bornent parfois à une prise de parole publique, dont on peut interroger les finalités : dans quelle mesure, par exemple, relève-t-elle d’une stratégie électorale ? L’implication peut être plus active, allant jusqu’au départ pour l’étranger, à travers des enrôlements militaires ou humanitaires. On pourra se demander dans quel cadre il s’effectue, et dans quelle mesure cette expérience devient après-coup un élément structurant le rapport à la politique, voire un argument électoral. L’engagement peut aussi prendre des formes intermédiaires, comme l’organisation de manifestations de soutien, les grèves, les collectes de fonds, les aides matérielles diverses ou la fourniture de documents administratifs. Ces actions impliquent souvent des rapports, notamment dans les espaces frontaliers, avec les élites politiques des autres pays méditerranéens. Cet engagement a pu être plus ou moins formalisé, avoir une dimension essentiellement individuelle ou au contraire s’inscrire dans des formes collectives, qui peuvent avoir une influence durable sur les liens de sociabilité, les réseaux électoraux et l’action des élus. Ces différentes interrogations permettent-elles plus fondamentalement de mettre en évidence une culture politique spécifique des élus méridionaux, marquée par l’attention particulière consacrée à la Méditerranée ? L’étude des interventions parlementaires des législateurs méridionaux peut s’avérer ici fort éclairante, de même que l’analyse de l’implication des méridionaux dans des réseaux nationaux voire transnationaux, ou de leurs rapports avec les acteurs politiques du reste de l’espace méditerranéen.

  • Les élites politiques et la mémoire des conflits

Cette spécificité culturelle des élites politiques méditerranéennes se manifeste-t-elle aussi sur le plan mémoriel, surtout lorsqu’une partie significative de leurs administrés ou de leurs ancêtres s’est trouvée impliquée dans ces conflits ? Se traduit-elle par des références durables des élites à des conflits passés, et au rôle qu’elles-mêmes, leurs ancêtres ou leur famille politique ont pu y jouer ?  On songe naturellement à la publication des mémoires, récits et autres écrits autobiographiques. On pourra aussi s’intéresser aux diverses cérémonies commémoratives, à l’odonymie, à la statuaire ou plus généralement à la constitution de lieux de mémoire spécifiques, mais aussi aux aides diverses dont ont pu bénéficier diverses communautés ou associations mémorielles. Il conviendra notamment de s’interroger sur l’implication des élus dans les affrontements autour d’un passé qui ne passe pas, ou au contraire leur volonté de pacification, en se demandant notamment si ces attitudes recoupent les lignes de clivage politique. Les guerres civiles espagnoles des XIXe et XXe siècles ou la guerre d’Algérie plus récemment pourraient notamment fournir des analyses substantielles.  Des perspectives comparatives seraient également les bienvenues, aussi bien sur le plan historique, par des comparaisons portant sur les mémoires de différents conflits, que sur le plan géographique, en comparant les points communs et les différences entre les mémoires qui s’expriment dans le(s) sud de la France et celles qu’on observe dans le reste de l’espace hexagonal, voire dans les pays voisins, on songe notamment à ceux où s’est déroulé le conflit armé initial.

Même si les études biographiques peuvent apporter un éclairage novateur sur ces différentes questions, on privilégiera les études collectives, consacrées aux solidarités ou au contraire aux rivalités qui se nouent sur ces sujets parmi les élites, ou entre celles-ci et le pouvoir central. Ces convergences ou ces oppositions peuvent résulter des opinions politiques des uns et des autres, de solidarités géographiques, religieuses, culturelles, etc. On retiendra tout particulièrement les approches qui confirment (ou infirment) l’existence d’une ou de culture(s) politique(s) spécifiquement méditerranéenne(s).

 

Les propositions de communications sont à soumettre, de préférence en français, à : pierre.triomphe34@orange.fr et j-p.pellegrinetti@orange.fr

Elles ne devront pas excéder 5 000 signes et devront comporter un bref descriptif des sources envisagées. Le dépôt des propositions s’effectuera jusqu’au 20 octobre 2015. Les candidats seront informés de la décision du comité organisateur au plus tard le 15 novembre 2015.

Le comité organisateur s’engage à prendre en charge les frais de restauration et deux nuits d’hébergement. Les frais de voyage restent à la charge des participants ou de leurs Centres de recherche.

 

Comité scientifique :

Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Jean-Claude Caron (CHEC, Université de Clermont-Ferrand), Bruno Dumons (LARHRA, CNRS Lyon), Jean-Marie Guillon (TELEMME, Université Aix-Marseille), Claire Marynower (IEP Grenoble), Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Simon Sarlin (ISP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Pierre Triomphe (CRISES, Université Paul Valéry-Montpellier III)

Partenaires :

ANR ICEM ; CMMC (Université Nice Sophia Antipolis) ; CRISES (Université Paul Valéry-Montpellier III) ; TELEMME (Aix-Marseille Université)

 

 

Call for papers

 

“Political elites from Southern France and armed conflicts in the Mediterranean world from the French Revolution until nowadays”

International Symposium held in Nice, from March the 24th to March the 25th 2016

 

 Abstract

This symposium’s purpose is to enlighten the particularity of the political culture of French Mediterranean elites, through an analysis of their reactions to armed conflicts in the Mediterranean world during the late modern era. It will mainly focus on representatives’behaviour during these conflicts. Bound to their political or religious beliefs, to geographical or cultural solidarities, their behaviour questions the way they do (or don’t) apply governmental policy, their management of the consequences of those conflicts on the territory, their personal commitment in favour of some of the protagonists, but also the political uses of those events and the footprints or lasting divisions they might have left in their wake.

Argument

Since 1789, countries bordering the Mediterranean Sea have been affected, at various moments, by the rise of nationalisms and by an imported and often imposed modernization process which often disrupt traditional socio-economic structures. This is one of the reasons of the many conflicts which occurred in the Mediterranean region during the late modern period. Its southern part was the theatre of numerous confrontations bound to the colonization and decolonization processes, whereas its northern part was one of the spot of the “European civil wars” which divided the old continent during the 19th and 20th century. They confront “Civilization” with “Barbary”, “Progress” with “Reaction”, “revolutionaries” or “liberals” with “counter-revolutionaries” or “conservatives”, later “communism” with “fascism” or “resistants” with “collaborators”, etc. The ideological component of these struggles partially explains their transnational dimension. It’s particularly obvious in France, one of the region main powers. Its government sometimes proclaimed a contested neutrality, for instance during the Italian events in 1860 or during the Spanish Civil War. Sometimes, it engaged actively, through diplomatic or military actions, when it was not its instigator or one of its main protagonists. Its choices provoked internal political debates, in which ordinary citizens as well as organized political forces took part. It’s especially obvious in southern France (which also included Algeria during the colonial era), the land, via the Alpes or the Pyrénées, or maritime interface  with the other parts of the Mediterranean region. Especially in the border areas, the Meridional space appeared accordingly as a rear base through which transited material help and warriors, or as a shelter, at least for a time, for the victims of those conflicts, ordinary citizens or fighters.

The study of local political elites (mainly representatives such as majors, departmental representatives or members of Parliament) gives major insights into those kinds of commitments to Mediterranean conflicts. Their activities drove them to cope with the various impacts which could have affected their territory. In the same time, their political or religious commitment, their union involvement, their geographical or cultural sympathies (such as representatives from French Catalonia for instance) often turned them into major actors of the transnational solidarities which expressed themselves during those events. Organized by ANR ICEM, which studies identities and cultures of political elites in Mediterranean France in the late modern period, this symposium wants to illuminate their part in those circumstances, and particularly to enlighten to which degree these elites show a specific sensitivity to these conflicts. To this end, we will prioritize the following perspectives, which can be added or linked together:

  • The political elites, intermediary agents between the State and the local inhabitants

Political elites were sometimes a transmission belt for governmental policies. This was especially the case for public servants such as judges, military officers, members of prefectural administration, and for the persons, sometimes the same one, who had been elected, such as majors or members of Parliament. All these people were often given the task to collect information, to watch, or to locally implement governmental measures: hosting refugees, installation of utility services, etc. These actions were sometimes transitory, however is it possible that they foreshadow in more than one occasion developments of state actions, in matters such as population control or social action for instance? Political elites were not only transmissions belts, but also go-between for the State and the population. Having to explain, to justify or to criticize the governmental policy to the inhabitants, they also provided Paris with their concerns, which sometimes contributed to change state policy. The parliamentary forum is of particular interest in this respect, but petitions, addresses or rapports written or spread by political elites can also be taken into account. The study of these topics can be underlied by a reflexion upon the impact of these links between State and local political actors, upon the latter’ integration into a national political culture, or on the contrary upon the assertion in these circumstances of a Meridional peculiarity.

Political elites and managing the consequences of the conflicts

Political elites could also act without state guidance, or even could be opposed to a national policy which goes against their beliefs, when these conflicts consequences were particularly dramatic in southern France. They sometimes threatened some economic activities, favored others – sometimes illicit ones. The transit of volunteers or the short or long-lasting settlement of refugees also had major socio-economic consequences. How did the elites handle these obligations, these peculiar problems? As far as mayors are concerned, we might think of the question of death certificates for refugees or other foreigners moving across their district. These consequences can be analyzed in the short duration of paroxysmal events as well as in long duration. The ways those elites coped with these situations, as well as the interactions between these new tasks and the other representatives’ obligations, should be questioned. We will particularly consider any insight upon the way these activities altered their relationship with the national power and the military authorities, or even made them establish contacts with protagonists from neighbouring countries at war.

  • Political elites participation in those conflicts

Political elites from southern France could also take sides in those conflicts. Their implication was sometimes linked to their official duties, other times was entirely a private matter. Thus must be taken into account not only the actions of representatives while they were holding a mandate, but also their behaviour before or after their mandate, or the actions of major Meridional political actors such as journalists, local political leaders, etc. Those commitments expressed themselves differently, synchronically and diachronically. Political elites sometimes just expressed orally their views, but to what end, and, for instance, could it have been only part of an election strategy ? Their involvement was also sometimes deeper, leading sometimes to a departure abroad, through military or humanitarian involvements. We shall ask for the framework in which they left, and to what extent their experience became afterwards a key component of their relationship to politics, or even a electoral argument. Their commitment could also have taken other forms, such as organizing rallies, strikes, raising funds, collecting various goods or giving some administrative papers. Particularly in border areas, these actions often implied ties with political elites from other Mediterranean countries. Their commitments might have been more or less formalized, some were mostly individual, others took part within collective structures, which might have lasting influence over their social bonds, their electoral networks or their political actions. Is it possible, through these various questions, to highlight a specific political culture from southern representatives, characterized by a peculiar interest for the Mediterranean world ? In that respect, the study of representatives’ speeches might be of great interest, as well as the analysis of their commitments in national or transnational networks, or of their relationships with political actors from the rest of the Mediterranean world.

  • Political elites and the conflicts memory

Could this specific culture of Mediterranean political elites also have an affect on collective memory, especially when a significant part of their constituents or of their ancestors was involved in those conflicts ? Are they lasting references from the elites to past conflicts, and to their deeds, or to those of their ancestors or of their political party ? We can think of published memories, narratives, or other autobiographical pieces. Studies of commemorations, of street names, of statues or more generally of places of memory would be welcomed, as well as analysis of subsidies given to communities or   memory organizations. We could in particular question representatives’ efforts to keep alive the troubled memories of the past, or on the contrary their will to soothen spirits, and ask if these behaviours are linked to their political beliefs. 19th and 20th Spanish civil wars or more recently the Algerian War of Independence could lead to substantial analysis. Comparative approaches would also be welcomed. They could make historical or geographical comparisons, between memories of various conflicts, or between memories which appear in southern France and those which can be noticed in other parts or France or in neighbouring countries, and especially in the country where the conflict took place.

Even if biographical studies might be of great interest, we are mostly looking for collective studies, devoted to solidarities and antagonisms which arose between political elites, or between them and the national government.  These common points or these divisions might be the consequences of political beliefs, of geographical, religious or cultural solidarities, etc. We will be particularly interested in approaches confirming (or contradicting) the existence of (a) distinctive Mediterranean political culture(s).

Contribution proposals must be sent, preferably in French, to pierre.triomphe34@orange.fr and j-p.pellegrinetti@orange.fr

They should not exceed a thousand words and must describe briefly their historical sources. Proposals can be made until October the 20th. Applicants will be given an answer by the organizing committee before November the 15th.

The organizing committee will provide catering costs and lodging expenses for two nights. Travel fees will be paid by the intervenant or his laboratory.

Scientific committee :

Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Jean-Claude Caron (CHEC, Université de Clermont-Ferrand), Bruno Dumons (LARHRA, CNRS Lyon), Jean-Marie Guillon (TELEMME, Université Aix-Marseille), Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Claire Marynower (IEP Grenoble), Simon Sarlin (ISP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Pierre Triomphe (CRISES, Université Paul Valéry-Montpellier III)

Supporting research centers :

ANR ICEM ; CMMC (Université Nice Sophia Antipolis) ; CRISES (Université Paul Valéry-Montpellier III) ; TELEMME (Aix-Marseille Université)

 

Call for paper

« Le élite politiche nella Francia meridionale di fronte ai conflitti armati nel Mediterraneo, dalla Rivoluzione francese ai nostri tempi »

Convegno internazionale organizzato a Nizza i 24 e 25  marzo 2016

Abstract

Questo convegno si propone di gettare luce sulle pecularietà della cultura politica delle élite nella Francia meridionale, analizzando le loro reazioni di fronte ai conflitti armati che hanno segnato la storia del Mediterraneo all’epoca contemporanea. Prenderà soprattutto in esame l’atteggiamento dei rappresentati eletti, nel corso di questi conflitti. Sia esso legato alle loro convinzioni politiche o religiose, a solidarietà geografiche o culturali, si dovrà indagare sul modo in cui esecutano o no le direttive della politica governativa, gestiscono le repercussioni di questi conflitti sul loro territorio, si impegnano personalmente al lato di un determinato campo. Consideriamo inoltre gli usi memoriali degli eventi bellici e le tracce o fratture durature che hanno lasciate.

Tematiche

Dal 1789, i paesi che bordono il Mediterraneo sono stati segnati, in epoche diverse, dall’ascesa dei nazionalismi e da un processo di modernizzazione eterogeneo e spesso costretto che destabilizza le strutture socio-economiche che difficilmente si adattano. Questa è uno dei motivi dei numerosi conflitti armati che ha conosciuto il Mediterraneo in epoca moderna. Il sud di quest’area è stato teatro di numerosi scontri legati ai processi di colonizzazione e decolonizzazione, mentre il Nord è uno dei punti caldi delle “guerre civili europee” che dividono il continente nell’Otto e Novecento. Esse oppongono la “Civiltà” al “Barbarismo”, il “Progresso” alla “Reazione”, i “rivoluzionari” e i “liberali” ai “contro-rivoluzionari” o “conservatori”, in seguito il comunismo al fascismo, la Resistenza al collaborazionismo, ecc. La dimensione ideologica di queste lotte spiega in parte il loro carattere transnazionale. Questi è particolarmente sensibile in Francia, una delle potenze dominanti in questa zona. A volta i governi proclamono una neutralità problematica, come negli eventi italiani nel 1860 o durante la guerra civile spagnola. In altre occasioni, è attivamente coinvolto in questi scontri, diplomaticamente o militarmente, anche quando non ne è l’iniziatore o uno dei principali protagonisti. Le sue scelte generano dibattiti politici interni, coinvolgendo semplici cittadini come forze politiche organizzate. Questo è particolarmente vero nel sud della Francia (compresa l’Algeria durante il periodo coloniale), che fa d’interfaccia terrestre, attraverso le Alpi oi Pirenei, o maritima con il resto del Mediterraneo. In particolare nelle zone di confine, la zona meridionale appare tanto come base logistica attraverso quale transitano combattenti o aiuti materiali, tanto come un’area di  ripiego, di accoglienza almeno temporanea per le vittime di questi conflitti, civili ordinari o belligeranti.

Studiare le élite politiche locali (principalmente i rappresentanti eletti comme i sindaci, i consiglieri provinciali o i parlamentari) getta una luce essenziale su queste forme di coinvolgimento. Le loro attività portano naturalmente loro a far fronte alle conseguenze di ogni genere che possono influenzare il loro territorio. Allo stesso tempo, i loro impegni politici, sindacali o religiosi, le affinità culturali o geografiche (si pensi ai rappresentati della Catalogna francese per esempio) spesso ne fanno i principali attori delle forme transnazionali di solidarietà che si esprimono nel corsi di simili eventi.

Organizzato dall’ANR ICEM, che indaga le identità e culture politiche delle élite politiche nel Mediterraneo in epoca contemporanea, il convegno vuole mettere in luce il loro ruolo in queste circostanze, e in particolare dimostrare in quale misura essi manifestano una particolare sensibilità di fronte a questi conflitti. In questa prospettiva, ci concentreremo sui seguenti approcci, che possono aggiungersi o articolarsi:

Le élite politiche, intermediari tra lo Stato e i cittadini

Le élite politiche possono servire di agenti della politica governativa. Ciò vale in particolare per i funzionari, come i magistrati, i militari, i membri dell’amministrazione prefettizia, e per quelli, a volte gli stessi, che hanno carica elettiva come i sindaci o i parlamentari. Gli uni e gli altri sono spesso incaricati di informarsi, controllare, o esecutare nell’ambito locale le politiche governative: accoglienza dei rifugiati, organizzazione di servizi pubblici speciali, ecc Queste politiche spesso hanno solo una fugace validità, ma possono in diverse occasioni annunciare i cambiamenti nell’azione dello Stato sul terreno del controllo delle popolazioni o dell’azione sociale, per esempio. Le élite peró non sono semplici agenti esecuti, essi svolgono anche un ruolo di intermediario. Devono spiegare, giustificare o criticare la politica del governo nei confronto dei cittadini, e nello stesso tempo informare Parigi sulle preoccupazioni di questi ultimi, con possibili influenza sull’azione del potere centrale. La tribuna parlamentare svolge in questo ambito un ruolo privilegiato, ma possiamo anche pensare agli indirizzi, alle petizioni o relazioni scritte o diffuse dalle élite. Lo studio di questi diversi approcci può aricolarsi con una discussione sull’impatto delle relazioni tra gli attori politici statali e locali, sull’integrazione di questi nella cultura politica nazionale o al contrario l’affermazione in queste circonstane di una specificità meridionale.

Le élite politiche e la gestione delle ripercussioni dei conflitti

Le élite politiche possono agire indipendentemente dallo Stato o addirittura in contrasto con una politica nazionale contraria alle proprie convinzioni, quando questi conflitti producono incidenze particolarmente marcate nella Francia meridionale. Tali conflitti danneggiano determinate attività economiche, ne stimolano altre, a volte clandestine. I passaggi di volontari o la sistemazione più o meno durevole di rifugiati hanno anche un importante impatto socio-economico. Come le élite affrontano le loro missioni di fronte a queste specifiche difficoltà? Si potrebbe pensare, nel caso dei sindaci per esempio, alla questione dei certificati di morte per i rifugiati o altre persone di passaggio sul territortio del Comune. Queste difficoltà sorgono sia nel tempo breve degli eventi parossistici che nei conflitti di lungo respiro. Discuteremo il modo in cui le élites politiche affrontato queste sfide, ma anche le interazioni fra questi compiti eccezionali e gli altri normali obblighi dei rappresentanti eletti. Esamineremo soprattutto come queste attività possono influenzare le relazioni con il governo centrale e le autorità militari, portare a creare contatti con i protagonisti dei paesi vicini in conflitto.

L’impegno delle elite politiche nei conflitti

Le élite politiche della Francia meridionale possono anche prendere posizione di fronte ai conflitti. Questo coinvolgimento può essere direttamente legato alle funzioni pubbliche esercitate, o manifestarsi solo privatamente. È quindi opportuno tener conto non solo gli impegni dei rappresentanti durante il loro mandato elettivo, ma anche quelli che possono avere prima o dopo l’esercizio del loro ufficio, assieme a quelli dei personnagi importanti della politica del sud ( parti cadre, giornalisti, ecc.) Le forme di questi impegni sono variabili sia sincrono che diacronicamente. A volte si limitano alla presa pubblica di parola, con scopi da interrogare: fino a che punto, per esempio, essa rileva di una strategia elettorale? Il coinvolgimento può essere più attivo, fino alla partenza per l’estero, attraverso l’arruolamento militare o umanitario. Possiamo chiederci in quale contesto si svolge, e come questa esperienza diventa in seguito un elemento strutturante del rapporto alla politica o addirittura un argomento elettorale. L’impegno può assumere anche forme intermedie, come l’organizzazione di manifestazioni di sostegno, scioperi, raccolte di fondi, vari aiuti materiali o la fornitura di documenti amministrativi. Queste azioni significano spesso la stesura di rapporti, anche nelle zone di confine, con le élite politiche di altri paesi del Mediterraneo occidentale. L’impegno assume forme più o meno formalizzate, con una dimensione essenzialmente individuale o al contrario all’interno di logiche collettive, che possono avere un’influenza duratura sui rapporti di sociabilità, le reti elettorali e l’azione degli rappresentanti eletti. Attraverso queste problematiche, si chiederà più fondamentalmente se si puó evidenziare una specifica cultura politica dei politici meridionali, segnati dall’attenzione particolare dedicata al Mediterraneo. Lo studio degli interventi parlamentari dei legislatori meridionali può allora essere molto illuminante, così come l’analisi del coinvolgimento dei meridionali nelle reti nazionali o transnazionali, o del loro rapporto con gli attori politici del resto dell’area Mediterranea.

Le élite politiche e la memoria dei conflitti

La specificità culturale delle élite politiche mediterranee potrebbe manifestarsi anche sul terreno della memoria, soprattutto quando una parte significativa degli amministratori o dei loro antenati si trovarono coinvolto in questi conflitti. Hanno questi fatto riferimenti durevoli ai conflitti del passato, e al ruolo che essi, i loro antenati o la loro famiglia politica hanno svolto? Naturalement si riferisce alla pubblicazione di memorie, storie e altri scritti autobiografici. Di simile interesse sono le varie cerimonie commemorative, l’odonomia, la statuaria o più in generale la formazione di luoghi specifici della memoria, ma anche i vari aiuti destinati a comunità o associazioni commemorative. L’approccio includerà il tema del coinvolgimento dei rappresentanti eletti negli scontri nati da “un passato che non passa”, o al contrario il loro desiderio di pacificazione, chiedendoci in particolare se questi atteggiamenti si confondono con le classiche linee della divisione politica. Le guerre civili spagnoli del XIX e XX secolo, o più recententement la guerra in Algeria, potrebbero fornire analisi sostanziali. Prospettive comparative sarebbera anche gradite, sia storicamente, paragonanando le memorie di diversi conflitti, che geograficamente, confrontando le somiglianze e le differenze tra i ricordi che si esprimono nel Meridione francese (nelle sue varie parti…) e quelle osservate nel resto dello spazio nazionale o anche nei paesi vicini, soprattutto quelli in cui si è svolto il conflitto armato iniziale.

Anche se gli studi biografici sono in grado di fornire una nuove luce su questi temi, privilegiamo gli oggetti collettivi, legati alle solidarietà o alle rivalità che si formano all’interno del gruppo degli eletti, o tra questi e il governo centrale. Queste convergenze o opposizioni possono derivare dalle diverse idee politiche, della solidarietà geografica, religiosa, culturale, ecc. Ci interessano in particolare gli approcci che confermano (o confutano) l’esistenza di una cultura politica o di culture specifiche nel Mediterraneo.

Le proposte devono essere mandate, di preferenza in francese, a: pierre.triomphe34@orange.fr e j-p.pellegrinetti@orange.fr

Esse non dovranno superare le 5000 battute e includere una breve descrizione delle fonti proposte. Le proposte saranno accettate fino al 20 ottobre 2015. I candidati saranno informati della decisione del comitato organizzatore entro il 15 novembre 2015.

Il comitato organizzatore si si farà carico del sostenimento e dell’alloggio per due notti. Le spese di viaggio rimangno a carico dei partecipanti o dei loro centri di ricerca.

Comitato scientifico:

Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Jean-Claude Caron (CHEC, Université de Clermont-Ferrand), Bruno Dumons (LARHRA, CNRS Lyon), Jean-Marie Guillon (TELEMME, Université Aix-Marseille), Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Claire Marynower (IEP Grenoble), Simon Sarlin (ISP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Pierre Triomphe (CRISES, Université Paul Valéry-Montpellier III)

Istituti collaboratori :

ANR ICEM ; CMMC (Université Nice Sophia Antipolis) ; CRISES (Université Paul Valéry-Montpellier III) ; TELEMME (Aix-Marseille Université)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution ouvrage: Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj, L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle)

Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj, L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle), Presses Universitaires de Rennes, mai 2015, 164 p.

 

La démocratie représentative ne s’anime-t-elle qu’en période électorale ? De Siéyès, qui  aux lendemains de la Révolution déclarait que seul le système représentatif permettait la pleine jouissance de la liberté, à la crise de représentation qui frappe aujourd’hui les sociétés contemporaines, fruit d’un « divorce » consommé, selon l’expression consacrée, entre le peuple et ses élites, entre représentant et représenté, le système représentatif, qui poursuit la mission d’incarner la souveraineté populaire, a vu son image s’écorner et s’attire des critiques de plus en plus nourries et variées.  Cet ouvrage s’interroge ainsi sur les conditions du maintien et des modalités de la fonction représentative endossée par les élus du peuple hors de toute manifestation institutionnalisée et entre les moments d’appel au suffrage, lors de ce que l’on appellera un « entre-deux » électoral à la durée variable.

 

Sommaire:

 

 

Adeline Beaurepaire-Hernandez, Jérémy Guedj,

Introduction. L’entre-deux électoral, un « envers » de l’histoire politique contemporaine

 Didier Mineur,

Propos liminaire. L’écart constitutif de la relation de représentation

 

Première partie : Construire le lien politique entre Monarchies constitutionnelles et Empire

 

Vivien Faraut,

Convaincre et conquérir. « Les lettres aux électeurs » dans la diffusion des idées libérales sous la Restauration

 Emmanuel Fureix,

Le charivari politique : un rite de surveillance civique dans les années 1830

 Marieke Polfliet,

Mr Soulé goes to Washington : itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)

 Juliette Glikman,

Consacrer l’Empereur : les plébiscites par acclamation du Second Empire

 

Deuxième partie : Représentation républicaine, République en représentation

 

Jean Garrigues,

Gambetta en représentation : commis-voyageur ou homme providentiel ?

 Emmanuel Debono,

L’antiracisme dans les années 1930 : un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques

 Jérémy Guedj,

À l’écoute d’un peuple désincarné ? Gouverner au nom du peuple sous la IVe République : l’exemple des politiques migratoires

 Magali Guaresi,

La représentation politique de « proximité ». L’entre-deux électoral dans les professions de foi des député-e-s (1958-2007)

 

Jean-Paul Pellegrinetti,

Conclusion

 

Publié avec le concours de l’ANR ICEM, du CMMC et de l’Université de Nice Sophia-Antipolis

 

Entre2électoral

Programme Colloque Être maire en Méditerranée XVIIIe – XXIe siècle, Porticcio, Marina Viva, 29 et 30 avril 2015

Mercredi 29 avril

Accueil des participants et ouverture du colloque

 Présidence de séance: Pierre Allorant (POLEN, Université d’Orléans)

Session 1 : Aux origines de la fonction

14h30: Nicolas Soulas (Centre Nobert Elias, Université d’Avignon) Les maires de la basse et moyenne vallée du Rhône de 1790 à 1816

15h: Vivien Faraut (CMMC, Université Nice Sophia-Antipolis) Approche statistique de la fonction des maires sous la Restauration

15h25: Discussion

15h40: Pause

 

Session 2 : Identité et politique

16h00: Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, Université Nice Sophia-Antipolis) Les maires en Corse sous la IIIe République

16h30 : Jean-Marie Guillon (TELEMME, Aix-Marseille-Université ) D’une République à l’autre, les bouleversements édilitaires en France méditerranéenne (1935-1945)

17h00: Discussion

 

Jeudi 30 avril

 

Présidence de séance: Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, Université Nice Sophia-Antipolis)

Session 3: De l’autre côté de la Méditerranée

9h00: Jérémy Guedj (CMMC, Université Nice Sophia-Antipolis) Enracinement élitaire en « situation coloniale » : Émile Morinaud, maire de Constantine (1901-1935)

9h30: Claire Marynower (Institut d’études politiques de Grenoble) Être maire en Méditerranée coloniale : Beni-Saf socialiste entre France, Algérie et Espagne (1929-1940)

10h00: Discussion

10h15: Pause

 

Session 4 : Les maires et l’Etat

10h35: Bruno Dumons (LARHRA, Université Lyon 2) Être un “bon” maire sous la Troisième République. Les maires varois décorés de la Légion d’Honneur

11h05: Nicolas Anderbegani (TELEMME, Aix-Marseille-Université ) Paul Ricard, un maire provincialiste en croisade contre la « Sainte administration » (XXe siècle)

11h35-11h50 : Discussion

 

Déjeuner de midi

 

Présidence de séance:  Jean Garrigues (POLEN, Université d’Orléans)

Session 5 : Représentations et idées reçues

14h00: Jacques-Olivier Boudon (CRH XIXe s., Université Paris-IV Sorbonne, Président de l’Institut Napoléon) Les maires d’un canton des Hautes-Alpes vu Joachim Martin, charpentier du château de Picomtal (XIXe siècle)

14h30: Pierre Allorant (POLEN, Université d’Orléans) Être maire en Corse au XIXe s. dans le regard des représentants de l’État central : représentations de petits et grands notables, entre les citoyens, le corps préfectoral et la magistrature debout

15h00: Discussion

15h15: Pause

 

Session 6 : Sociologie et pratiques d’aujourd’hui

15h30: Michel Koebel (E3S, Université de Strasbourg) Portrait social et politique des maires français du pourtour méditerranéen (2008-2014)

16h: Lucie Bargel (ERMES, Université Nice Sophia-Antipolis) Etre maire dans les villages de l’arrière-pays niçois : Mobiliser des soutiens dans la vallée et sur la Côte (XIXe-XXe siècle)

16h30 : Discussions

16h45: Jean Garrigues (POLEN, Université d’Orléans) Conclusions

Programme: Séminaire de recherches « Moi » et « les Autres »: La fabrique de l’acteur politique

Séminaire de recherches 

« Moi » et « les Autres »: La fabrique de l’acteur politique

coordonné par Adeline Beaurepaire-Hernandez (CRH XIXe Université Paris-Sorbonne, ANR ICEM)

et Vivien Faraut (CMMC Université Nice Sophia Antipolis)

Dans le cadre du séminaire de recherches du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (EA 1193) et de l’ANR Identités et culture des élites méditerranéennes (ICEM), nous proposons des séances en histoire socio-politique sur le thème de “Moi” et “les Autres” : La fabrique de l’acteur politique.

Ce thème permet d’aborder les problématiques autour de la construction de l’identité des groupes ou partis politiques et de leurs acteurs, au moment même où l’actualité montre que le vote extrême semble passer d’un acte de contestation des  partis “traditionnels”, à l’affirmation d’une sensibilité politique propre. Qu’il s’agisse d’un axe vertical entre gouvernants et gouvernés, ou horizontal entre ceux qui pratiquent la politique, chaque acteur a une perception et une représentation différentes et variables de celui qui évolue dans la sphère politique. Cela résulte d’un processus, plus ou moins volontaire, de construction (ou de déconstruction) de “moi” (en tant qu’individu qui revendique une appartenance politique) et de “l’autre”.

Dans cette optique, il sera question de décortiquer ce processus suivant différentes approches. Parmi celles-ci, la question des modalités de perception de l’autre, et des représentations qui en résultent, ou encore, les volontés de positionnement  des groupes et partis de la scène politique par rapport à leurs concurrents. De même, la question de la temporalité est pertinente, autant dans la prise en compte de différentes périodes historiques que dans l’évolution de la vie politique et donc la nécessité de changement de posture vis-à-vis de l’autre. Si le changement de régime politique semble être l’instant propice de qualification / déqualification d’autres groupes politiques concurrents ou alliés précédemment, la même question se pose pour des périodes moins tumultueuses.

Enfin, si les partis politiques (ou les groupes) constituent l’échelle retenue dans le cadre de ce séminaire, l’occasion de saisir l’enjeu social du positionnement politique sera offerte. Il est intéressant de se focaliser sur les choix à disposition du citoyen qui lui permettent de se construire politiquement dans un espace social dont les contours sont en constantes mutations.

Séance 1: 12/12/2014,  14h30 – 16h30 – Saint-Jean-d’Angély, Salle plate

 L’apprentissage des valeurs de la démocratie au XIXe siècle

            Jean-Claude Caron (CHEC, Université Blaise Pascal) : « D’un champ de bataille à l’autre. Entrée en politique et apothéose parlementaire du général Foy (1815-1825). »

          Vivien Faraut (CMMC, UNS): « Le rôle de la vie associative dans la construction d’un personnel libéral sous la Restauration. »

 ***

Séance 2:  30/01/2014 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 La politisation informelle: le clientélisme et ses réseaux.

             Jean-Louis Briquet (CESSP, Université Paris I Panthéon-Sorbonne): « Les dynamiques de la politisation en Corse sous la troisième République. »

                Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, UNS): « Construire son réseau : l’exemple d’Emmanuel Arène en Corse. XIXe-XXe siècle. »

 ***

Séance 3: 13/02/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 Entre unité et division, les droites françaises de la Restauration à nos jours

                Olivier Tort (CREHS, Université d’Artois) : « Fractionnements et recompositions de la droite sous la Restauration. »

               Damon Mayaffre (BCL, UNS): « Qui est « on » ? Entre moi et les autres, l’usage rhétorique de « on » dans le discours de Nicolas Sarkozy. »

 ***

 Séance 4: 20/03/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 Se forger en situation conflictuelle: les mobilisations sociales au XXe siècle

                     Olivier Fillieule (IEPI, Université de Lausanne) : « La fabrique des identités collectives pour et dans les mobilisations politiques. »

                 Magali Guaresi (CMMC / BCL, UNS) : « Être députée sous la Cinquième République (1958-2007). Discours et identités politiques autour des mobilisations. »

***

Séance 5: 17/04/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC,  H 301

 Les reconfigurations politiques des hommes autour des idées (fin XVIIIe-début XIXe siècle)

 

                Hervé Leuwers (IRHIS, Université de Lille III): « Entrer en Révolution. L’exemple de Robespierre »

                Vladislava Sergienko (Université d’Etat de Moscou Lomonossov, CMMC UNS): « Les pratiques politiques et la diffusion des idées. Les monarchiens et les feuillants. Les oubliés de la Revolution? »

                                                                                            ***

Séance 6: 22/05/2015 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC,  H 301

 « La démocratie brute est absurde »: Sieyès ou le laboratoire du régime représentatif

                  Pierre-Yves Quiviger (CRHI, UNS) : « Sieyès et la question du suffrage : de la distinction citoyens actifs/citoyens passifs aux listes de confiance. »

                   Adeline Beaurepaire-Hernandez (CRH XIXe, Université Paris-Sorbonne) : « La fabrique de l’acteur politique sous le Consulat et l’Empire : les listes de confiance et les collèges électoraux. »

 

 

 

Parution d’ouvrage: Marianne au village, album de famille et inventaire varois

CRESP Paul, Marianne au village, album de famille et inventaire varois, Toulon, Editions Memori, 2014, 236 p.

Paul Cresp, secrétaire de l’Association 1851, pour la mémoire des résistances républicaines, ancien étudiant de Maurice Agulhon, fait un inventaire et un historique exhaustif de la symbolique républicaine dans le Var.

Marianne

Parution d’ouvrage: Les droites à Toulon 1958-1994

BAYLE Marc-René, Les droites à Toulon 1958-1994. De l’Algérie Française au Front national, Toulon, Les Presses du Midi, 2014, 492 p.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue à l’Université de Provence (Aix- Marseille I) sous la direction de Jean-Marie Guillon en décembre 2002, devant un jury composé de Gilles Le Béguec, Pascal Perrineau, Jean-François Sirinelli et Jean-Louis Triaud.

Le préfet Marc-René Bayle, ancien conseiller général du Var, fils d’un député du Var, livre une analyse des droites sous la Ve République qui vaut au-delà du « cas » toulonnais.

 

les droites à Toulon

Appel à communications: Être maire en Méditerranée XVIIIe – XXe siècle

Appel à communications pour le colloque Être maire en Méditerranée XVIIIe – XXe siècle organisé par le programme de l’ANR Identités et cultures en Méditerranée. Les élites politiques de la Révolution française à la Ve République (ICEM) le 29 et 30 avril 2015 à Ajaccio en partenariat avec le CMMC (Université de Nice Sophia Antipolis) et TELEMME (Aix-Marseille Université)

Annonce :

Personnages clef de la vie politique française depuis la Révolution française, les maires sont le reflet de l’évolution politique, institutionnelle, administrative, sociale et culturelle de la France. En dehors de nombreuses monographies, leur histoire est connue notamment grâce aux travaux de Maurice Agulhon sur Les maires en France, du Consulat à nos jours ou encore de Jocelyne George sur l’Histoire des maires de 1789 à 1939.

À la base de la politique locale, ils sont les premiers intermédiaires entre le pouvoir central et les citoyens. L’histoire des maires commence en 1789 avec une uniformité théorique de statut et d’administration des communes qu’impose un règlement identique aussi bien entre l’immense agglomération que la plus petite des communes rurales, mais efface volontairement les diversités régionales de statuts. Au fil des régimes politiques, les modalités de désignation des maires sont l’objet de débats, mais aussi de toutes les attentions de la part des administrateurs départementaux ou nationaux. Durant une majeure partie du XIXe siècle, les maires sont nommés par le pouvoir central. La loi municipale du 5 avril 1884 confirme, quant à elle, l’épanouissement de la démocratie locale en imposant la nomination des maires et des adjoints par le conseil municipal. Elle met en place une structure et un cadre juridique. Le renouvellement des conseils municipaux est quadriennal. Chaque commune se voit dans l’obligation de se doter d’une mairie, qu’elle en soit propriétaire ou locataire. Sous la surveillance d’une tutelle administrative, les maires sont chargés, quant à eux, en plus de l’état civil, du secours aux indigents et de l’entretien de la voirie locale, de la police municipale, de la police rurale et de l’exécution des actes de l’autorité supérieure qui y sont relatifs. La Troisième, la Quatrième puis la Cinquième république, par delà la parenthèse de Vichy, constituent des périodes d’épanouissement et de valorisation de la fonction de maire, enrichie par l’arrivée de la gente féminine dans l’arène de la politique locale et par l’obtention de mandats grâce aux verdicts des urnes.

Ainsi, depuis plus de deux cents ans, les maires gèrent au quotidien la vie des citoyens. Ils sont le reflet social ou anthropologique au moins autant que politique de la commune. Acteurs de décisions et d’influence, ces édiles locaux, souvent de petites élites, sont des hommes de contact et de terrain qui bénéficient d’une parfaite connaissance de la commune dans laquelle ils évoluent. Cette dernière, lieu de vie à la base du débat politique, offre la possibilité, grâce à son cadre restreint, d’étudier l’interpénétration des intérêts et des ressources, à la fois privés et publics. La mairie et son premier magistrat forment, particulièrement en milieu rural, les seules représentations du pouvoir central. A partir de 1880, grâce au processus de républicanisation, la maison commune, très proche des citoyens, devient un centre d’éducation politique.

Aire géographique tout autant que culturelle, la Méditerranée est porteuse, en un sens, de traditions politiques spécifiques, peut-être d’une mentalité particulière, lié notamment à des structures sociales organisées par la ville ou le village groupé et à une vie publique liée à une « culture du forum ». Elle est un laboratoire atypique d’observation de la vie politique française, où les événements nationaux trouvent une résonance particulière, au gré d’une histoire locale rythmée par des aspirations souvent contradictoires, des crises ou encore des changements de souveraineté. Les terres méditerranéennes, avec leurs particularismes locaux, paraissent éloignées du pouvoir central et presque en marge des grandes évolutions politiques nationales qui affectent la société dans son ensemble. Les scrutins électoraux semblent n’être qu’un registre officiel d’expression des rivalités interpersonnelles ou familiales. Mais ces comportements ne sont-ils pas aussi le reflet de représentations dominantes qui façonnent, non seulement le regard des « autres », mais aussi les attitudes ?

Aussi, s’avère-t-il intéressant de mesurer ce que représente la fonction de maire en terres méditerranéennes où, durant de nombreuses décennies, même si une persistance demeure encore de manière embryonnaire dans certaines régions, elle a souvent été le reflet de luttes et d’enjeux de groupes de parentèle. Les attentes scientifiques du colloque reposent sur une série de questions dont la première revient à s’interroger classiquement sur la composition du personnel politique à la tête des municipalités depuis la Révolution française. Divers niveaux d’interrogation en découlent. À quelle classe, milieu, groupe familial ou groupes socioprofessionnels appartiennent-ils ? Quelles différences existe-t-il entre « maires des villes » et « maires des champs » à travers les siècles ? Qui, dans chacune des époques et dans chaque type de communes, a eu la capacité d’exercer la première magistrature ? Qui a été préféré pour l’exercer ? Quel écart y a-t-il entre la réalité du pouvoir local et ses représentations ?

À l’opposé de cette vison surplombante, l’on s’intéressera aussi particulièrement à une approche et sur une redécouverte « par le bas » de la fonction de maire. Au regard des siècles, pour un homme comme pour une femme, qu’est-ce qu’administrer a signifié et représenté ? Quels rôles et quelles notions de puissance et d’honorabilité a comporté la fonction de maire ? S’est-elle traduite par une gestion partiale des affaires municipales, elle-même ponctuée par de nombreux abus ? Enfin, quels types de violences et de pressions la conquête de l’écharpe municipale ont-t-elles engendrés ?

Cette approche « vue d’en bas » de la politique est aussi celle de l’évolution avec ses difficultés, ses contradictions et ses victoires, de la démocratie locale.

 

Les propositions de communications ne devront pas excéder 5 000 signes et devront comporter un bref descriptif des sources envisagées, ainsi qu’une brève présentation bio-bibliographique. Elles devront être déposées avant le 15 février 2015. Les candidats seront informés de la décision du comité organisateur au plus tard le 23 février 2015.

Elles devront être envoyées simultanément aux adresses suivantes :                     

jmguillon@wanadoo.fr    

jean-paul.pellegrinetti@wanadoo.fr  

 adeline.beaurepairehernandez@gmail.com  

 

Comité scientifique :

Jean-Paul Pellegrinetti, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC, coordinateur du programme ANR ICEM

Jean-Marie Guillon, Professeur émérite d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université, TELEMME, ICEM

Jean Garrigues, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans, POLEN, ICEM, Président du CHPP

Eric Anceau, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, CHRXIX, ICEM, Vice-président du CHPP

Adeline Beaurepaire-Hernandez, Doctorante à l’Université Paris-Sorbonne, CHRXIX, Ingénieur d’études de l’ANR ICEM

Gaston Doumergue itinéraire d’un radical modéré 1863-1937

Colloque sous le Haut Patronage de Monsieur Jean-Pierre Bel, Président du Sénat. Organisé avec le soutien du CHPP et de l’ANR ICEMAu Panthéon de notre histoire, Gaston Doumergue peut apparaître comme un illustre inconnu, un de ceux que Jean-Louis Debré a baptisé « les oubliés de la République ».
Et pourtant, à l’exception de Raymond Poincaré, nul homme politique n’a occupé autant de fonctions au sommet du régime républicain ; député (1893-1906) puis sénateur (1910-1924) du Gard, plusieurs fois ministre, deux fois président du Conseil, président du Sénat et président de la République (1924-1931), il n’aura rien manqué à la carrière politique de Gaston Doumergue.
On peut se demander s’il n’y avait pas une contradiction entre cette réussite exceptionnelle et la personnalité de Gaston Doumergue, familièrement surnommé « Gastounet ». Il ne fait pas partie des ténors de son époque, les Jaurès, Clemenceau, Poincaré, puis Tardieu, Herriot, Laval. On pense aussitôt à la remarque de René Viviani, qui lui confia néanmoins le portefeuille des Affaires étrangères dans le gouvernement à l’aube de la Grande Guerre : « Dans une démocratie bien organisée, Doumergue serait juge de paix en province ! ».
Il y aurait donc une sorte d’énigme Doumergue : pourquoi ce politique sans brio a-t-il accédé aux fonctions suprêmes, et notamment, plus qu’à la présidence de la République, à la présidence du Conseil ? Pourquoi et comment ce républicain bon teint, issu du terroir profond du Sud radical, s’est-il retrouvé en février 1934 dans la posture d’un homme providentiel, seul capable d’éviter les malheurs d’une guerre civile ? Pourquoi cet homme de la Troisième République a-t-il entrepris une réforme de l’État républicain qui annonçait par bien des aspects la révolution gaullienne de 1958 ?
Pour résoudre cette énigme, il faut s’intéresser à toutes les étapes de son cursus, en suivant le fil conducteur d’une problématique qui semble éclairer cet itinéraire exceptionnel. Ce fil conducteur nous conduirait à identifier un paradoxe : d’un côté, Gaston Doumergue nous apparaît comme un enfant de son siècle, comme une figure quasi-archétypique de cette « république radicale » qui s’est imposée en France à la Belle Époque ; d’autre part, il apparaît à bien des égards comme tourné vers la modernité du XXe siècle, anticipant sur les évolutions culturelles, politiques et institutionnelles de l’après Seconde Guerre mondiale. Ce paradoxe est fascinant, il s’agit de l’illustrer, et, si possible de l’expliquer, en remontant le fil de son éducation, de sa formation et de son itinéraire politique.Programme

9h45 Introduction : Jean GARRIGUES, Président du Comité d’histoire parlementaire et politique.

Session 1
10h Le protestant
Patrick CABANEL, Université de Toulouse
10h30 Le franc-maçon
Pierre-Yves BEAUREPAIRE, Université de Nice
11h Le parlementaire
Christophe BELLON, Université catholique de Lille
11h30 Face aux enjeux viticoles
Philippe LACOMBRADE, Université de Montpellier

Déjeuner

Session 2
Modérateur : Gilles LE BÉGUEC (Université Paris-Ouest)
14h00 Face à la question coloniale
Gilles DE GANTES, Institut de Recherches Asiatiques
14h30 Face à la guerre
Fabienne BOCK, Université de Marne-la-Vallée
15h Le Président de la République
Nicolas ROUSSELLIER, IEP de Paris
15h30 « L’homme providentiel » de 1934
Jean GARRIGUES, Université d’Orléans

Discussion

Appel à communication: Violences politiques, politiques de la violence ?

Violences politiques, politiques de la violence ?

L’exemple des élites politiques méditerranéennes, XIXe-XXe siècles

                Organisé dans le cadre du projet ANR ICEM (Identités et cultures en Méditerranée. Les élites politiques de la Révolution française à la Ve République) ayant pour objectif une histoire totale des élites et de la vie politique à l’échelle de la Méditerranée, ce colloque se propose d’étudier plus particulièrement l’attitude des élites et la place de la violence dans les sociétés méridionales. En effet, depuis 1789 et au-delà de pics spécifiques (1815, 1851, 1871, 1907, 1944…), le Midi méditerranéen est tenu pour la terre par excellence des violences politiques.

                On s’attachera à l’analyse du rapport des élites (élues ou nommées par le pouvoir, en privilégiant le cadre urbain) à la violence, selon trois axes principaux :

1)      La réaction des élites en situation de crise, quand elles sont la cible du ressentiment de leurs administrés, les spectatrices de troubles ou les destinataires de revendications catégorielles.

2)      L’utilisation de la violence par ces élites, entre répression officielle et instrumentalisation de mouvements populaires, plus ou moins spontanés. Dans quelle mesure ces violences sont-elles cautionnées, voire légitimées par les élites ? Peut-on dès lors considérer la violence comme un instrument politique ?

3)      Peut-on dégager une originalité dans les cultures politiques méridionales en ce domaine ? Il s’agira ici de prendre en compte la diversité des Midis (Blanc, Rouge, Provençal, Occitan, Corse, Algérie coloniale…) tout en engageant des comparaisons avec d’autres aires méridionales (Espagne, Portugal, Italie, Grèce…) et d’autres régions françaises.

La réponse à ces interrogations suppose d’abord une définition de la violence politique, qui n’est pas seulement physique (duel, lynchage, répression…), mais revêt des formes diverses (insultes, chahut, iconoclasme, etc.) et évolutives, en passant d’un registre traditionnel surtout oral et graphique à l’adoption de nouveaux médias (presse, affiches…). Elle exige aussi une analyse précise des acteurs de la violence, de ses canaux, de ses limites : est-elle foncièrement politique ou bien le masque d’inimitiés privées ou collectives, relevant notamment d’appartenances ethniques, confessionnelles ou sociales ? Elle implique également l’étude des crises où la violence politique fait irruption : elles peuvent être la déclinaison méridionale d’événements internationaux (guerres), nationaux (révolutions, coups d’Etat, guerres civiles…) ou au contraire ne caractériser qu’un espace régional (crise viticole de 1907…). Par là, le processus lui-même, des premiers incidents à la sortie de crise en passant par les différentes étapes de l’escalade, sera à questionner. Enfin, on pourra aborder la question des représentations de ces épisodes de violence, ainsi que leur cristallisation mémorielle ou leur dénégation.

Le colloque aura lieu à Montpellier, université Paul-Valéry, site de Saint-Charles, les 9 et 10 octobre 2014.

Les propositions de communication sont à adresser, avant le 15 avril 2014 à :

Pierre-Yves Kirschleger : pierre-yves.kirschleger@univ-montp3.fr

Jean-Marc Lafon : jean-marc.lafon@univ-montp3.fr

Jean-François Muracciole : muracciole.comparini@wanadoo.fr

Comité scientifique : Jean-Paul Pellegrinetti, Jean-Marie Guillon, Jean Garrigues, Bruno Bertherat, Yves Billard, Laurent Duguet, Lionel Dumond, Pierre-Yves Kirschleger, Philippe Lacombrade, Jean-Marc Lafon, Jean-François Muracciole, Pierre Triomphe, Richard Vassakos et Georges Vidal.

Journée d’études: Au nom de la Vox populi. La représentation politique à l’épreuve de l’entre-deux électoral (France, XIXe-XXe siècle)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’études qui se tiendra à l’Université de Nice en salle de conférence de la BU du campus Carlone, le 8 février 2013

 

Au nom de la Vox populi.

La représentation politique à l’épreuve de

l’entre-deux électoral (France, XIXe-XXe siècle)

 

Vendredi 8 février 2013

 

Journée d’étude organisée par Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj

 

 

9h30 : Ouverture par Silvia Marzagalli, directrice du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (Université de Nice – Sophia Antipolis), Membre de l’Institut Universitaire de France

 

9h35 : Introduction par Adeline Beaurepaire-Hernandez (Université Paris-IV Sorbonne, CRH XIXe s., ANR ICEM) et Jérémy Guedj (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC, ANR ICEM)

 

Séance 1 : Construire le lien politique entre Monarchie constitutionnelle et Empire

Président de séance : Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-IV Sorbonne, CRH XIXe s., Président de l’Institut Napoléon)

 

10h05 : Vincent Robert (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe s.) – Le député et ses électeurs à table sous les monarchies constitutionnelles (1818-1848)

 

10h35 : Emmanuel Fureix (Université Paris-Est Créteil, CRHEC) – Les charivaris politiques : des rituels de surveillance démocratique au XIXe siècle

 

11h05 : Discussion

11h20 : Pause

 

11h40 : Juliette Glikman (Université Paris-IV Sorbonne, CRH XIXe s.) – Consacrer l’Empereur : les plébiscites par acclamation du Second Empire

 

12h10 : Marieke Polfliet (Université de Nice – Sophia Antipolis, CMMC) – Mr Soulé goes to Washington : itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)

 

12h40 : Discussion

12h55 : Déjeuner

Séance 2 : Représentation républicaine, République en représentation

Président de séance : Ralph Schor (Université de Nice – Sophia Antipolis, CMMC)

 

14h30 : Jean Garrigues (Université d’Orléans, POLEN – CHP, ANR ICEM) – Léon Gambetta en représentations : commis-voyageur ou homme providentiel ?

 

15h00 : Jean-Paul Pellegrinetti (Université de Nice – Sophia Antipolis, CMMC- ANR ICEM, CHPP) – Fêtes et lien politique en Corse sous la IIIe République

 

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

16h05 : Emmanuel Debono (Institut d’Etudes Politiques de Paris, CHSP) –  L’antiracisme dans les années 1930, un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques.

 

16h35 : Magali Guaresi (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC-BCL) – Les modalités de la représentation parlementaire. La référence à l’entre-deux électoral dans les Professions de foi des candidats et des candidates à la députation sous la Ve République (1958-2002)

 

17h05 : Discussion

17h20 : Conclusions, par Ralph Schor (Université de Nice – Sophia Antipolis, CMMC)

Annales du Midi, tome 124, n°280, octobre-décembre 2012 “Politique et symbolique de la Restauration à la Révolution nationale. Déclinaisons méridionales” Etudes réunies et présentées par Pierre Triomphe.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution prochaine, avec le soutien de l’ANR ICEM,  du nouveau numéro des

Annales du Midi,  tome 124, n°280, octobre-décembre 2012

“Politique et symbolique de la Restauration à la Révolution nationale. Déclinaisons méridionales”

Etudes réunies et présentées par Pierre Triomphe.

Sommaire :

TRIOMPHE (Pierre), Introduction

TORT (Olivier), L’image du Midi sous la Restauration : variations autour du tempérament méridional

FUREIX (Emmanuel), L’arbre de la liberté dans le Midi : conflictualité autour d’un signe révolutionnaire (1814-1852)

TRIOMPHE (Pierre), La symbolique à fleur de peau. Dessus de la politique et dessous de la politisation dans le Midi de la France (1814-1851)

PELLEGRINETTI (Jean-Paul), Boire, manger, célébrer et voter :fêtes et banquets républicains en Corse XIXe-XXe siècles

LACOMBRADE (Philippe), La « républicanisation » de l’espace public montpelliérain. Politique et géographie symbolique dans le « Midi rouge » (1848-1914)

VASSAKOS (Richard), Les plaques bleues du « Midi rouge » dans la tourmente. L’épuration symbolique de la toponymie urbaine en Languedoc-Roussillon sous Vichy

Journée d’étude Hommes et Familles influentes en politique XIXème-XXème siècle

Programme de la journée du 5 décembre 2012

 

9h45 : Jean-Paul Pellegrinetti (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC): Introduction

10h : Mathilde Cocoual (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC): La famille Chiris : des industriels en politique, une politique d’industriel ?

10h25 : Karine Deharbe (Université de Nice Sophia-Antipolis, ERMES): Un réseau familial au service d’intérêts locaux : l’exemple des Ossola

 

10h50 : Discussion

 

11h20 : François Dubasque (Université de Poitiers, GERHICO-CERHILIM) : Transmission familiale et réseaux d’influence : les Hennessy, une dynastie de négociants en politique (XIXème – XXème siècle)

11h45 : Laurence Americi (Université d’Aix-Marseille, TELEMME) : Eugène Rostand, déconvenues politiques et projets sociaux à Marseille sous la troisième République.

12h10 : Xavier Daumalin (Université d’Aix-Marseille, TELEMME) : Pouvoir économique et influence politique : Frédéric Bohn (1852-1923)

 

12h 35 : Discussion

 

14h30 : Adeline Beaurepaire-Hernandez (Université Paris-IV Sorbonne, CRH XIXème s.) : Le poids de l’influence familiale dans le choix des nominations sous l’Empire.

14h55 : Bruno Dumons (Université Lyon 2, LARHRA) : Réseaux familiaux et mobilisations politiques. Les « blancs » du Sud-Est de la France (1860-1910)

 

15h20 : Discussion

 

15h50 : Jean-Jacques Usciati (Association des chercheurs en études corses et méditerranéennes): Le parcours de Sampierro Porri comme révélateur d’acteurs « secondaires » de la vie politique et sociale du temps (Corse 1870-1914)

16h15 : Jean-Rémy Bézias (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC) : Les familles dirigeantes de la presse quotidienne niçoise du début du XIXème siècle à 1962

 

16h40 : Discussion

 

16h55 : Ralph Schor (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC): Conclusions