Appel à communication: Violences politiques, politiques de la violence ?

Violences politiques, politiques de la violence ?

L’exemple des élites politiques méditerranéennes, XIXe-XXe siècles

                Organisé dans le cadre du projet ANR ICEM (Identités et cultures en Méditerranée. Les élites politiques de la Révolution française à la Ve République) ayant pour objectif une histoire totale des élites et de la vie politique à l’échelle de la Méditerranée, ce colloque se propose d’étudier plus particulièrement l’attitude des élites et la place de la violence dans les sociétés méridionales. En effet, depuis 1789 et au-delà de pics spécifiques (1815, 1851, 1871, 1907, 1944…), le Midi méditerranéen est tenu pour la terre par excellence des violences politiques.

                On s’attachera à l’analyse du rapport des élites (élues ou nommées par le pouvoir, en privilégiant le cadre urbain) à la violence, selon trois axes principaux :

1)      La réaction des élites en situation de crise, quand elles sont la cible du ressentiment de leurs administrés, les spectatrices de troubles ou les destinataires de revendications catégorielles.

2)      L’utilisation de la violence par ces élites, entre répression officielle et instrumentalisation de mouvements populaires, plus ou moins spontanés. Dans quelle mesure ces violences sont-elles cautionnées, voire légitimées par les élites ? Peut-on dès lors considérer la violence comme un instrument politique ?

3)      Peut-on dégager une originalité dans les cultures politiques méridionales en ce domaine ? Il s’agira ici de prendre en compte la diversité des Midis (Blanc, Rouge, Provençal, Occitan, Corse, Algérie coloniale…) tout en engageant des comparaisons avec d’autres aires méridionales (Espagne, Portugal, Italie, Grèce…) et d’autres régions françaises.

La réponse à ces interrogations suppose d’abord une définition de la violence politique, qui n’est pas seulement physique (duel, lynchage, répression…), mais revêt des formes diverses (insultes, chahut, iconoclasme, etc.) et évolutives, en passant d’un registre traditionnel surtout oral et graphique à l’adoption de nouveaux médias (presse, affiches…). Elle exige aussi une analyse précise des acteurs de la violence, de ses canaux, de ses limites : est-elle foncièrement politique ou bien le masque d’inimitiés privées ou collectives, relevant notamment d’appartenances ethniques, confessionnelles ou sociales ? Elle implique également l’étude des crises où la violence politique fait irruption : elles peuvent être la déclinaison méridionale d’événements internationaux (guerres), nationaux (révolutions, coups d’Etat, guerres civiles…) ou au contraire ne caractériser qu’un espace régional (crise viticole de 1907…). Par là, le processus lui-même, des premiers incidents à la sortie de crise en passant par les différentes étapes de l’escalade, sera à questionner. Enfin, on pourra aborder la question des représentations de ces épisodes de violence, ainsi que leur cristallisation mémorielle ou leur dénégation.

Le colloque aura lieu à Montpellier, université Paul-Valéry, site de Saint-Charles, les 9 et 10 octobre 2014.

Les propositions de communication sont à adresser, avant le 15 avril 2014 à :

Pierre-Yves Kirschleger : pierre-yves.kirschleger@univ-montp3.fr

Jean-Marc Lafon : jean-marc.lafon@univ-montp3.fr

Jean-François Muracciole : muracciole.comparini@wanadoo.fr

Comité scientifique : Jean-Paul Pellegrinetti, Jean-Marie Guillon, Jean Garrigues, Bruno Bertherat, Yves Billard, Laurent Duguet, Lionel Dumond, Pierre-Yves Kirschleger, Philippe Lacombrade, Jean-Marc Lafon, Jean-François Muracciole, Pierre Triomphe, Richard Vassakos et Georges Vidal.