Programme: Séminaire de recherches « Moi » et « les Autres »: La fabrique de l’acteur politique

Séminaire de recherches 

« Moi » et « les Autres »: La fabrique de l’acteur politique

coordonné par Adeline Beaurepaire-Hernandez (CRH XIXe Université Paris-Sorbonne, ANR ICEM)

et Vivien Faraut (CMMC Université Nice Sophia Antipolis)

Dans le cadre du séminaire de recherches du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (EA 1193) et de l’ANR Identités et culture des élites méditerranéennes (ICEM), nous proposons des séances en histoire socio-politique sur le thème de “Moi” et “les Autres” : La fabrique de l’acteur politique.

Ce thème permet d’aborder les problématiques autour de la construction de l’identité des groupes ou partis politiques et de leurs acteurs, au moment même où l’actualité montre que le vote extrême semble passer d’un acte de contestation des  partis “traditionnels”, à l’affirmation d’une sensibilité politique propre. Qu’il s’agisse d’un axe vertical entre gouvernants et gouvernés, ou horizontal entre ceux qui pratiquent la politique, chaque acteur a une perception et une représentation différentes et variables de celui qui évolue dans la sphère politique. Cela résulte d’un processus, plus ou moins volontaire, de construction (ou de déconstruction) de “moi” (en tant qu’individu qui revendique une appartenance politique) et de “l’autre”.

Dans cette optique, il sera question de décortiquer ce processus suivant différentes approches. Parmi celles-ci, la question des modalités de perception de l’autre, et des représentations qui en résultent, ou encore, les volontés de positionnement  des groupes et partis de la scène politique par rapport à leurs concurrents. De même, la question de la temporalité est pertinente, autant dans la prise en compte de différentes périodes historiques que dans l’évolution de la vie politique et donc la nécessité de changement de posture vis-à-vis de l’autre. Si le changement de régime politique semble être l’instant propice de qualification / déqualification d’autres groupes politiques concurrents ou alliés précédemment, la même question se pose pour des périodes moins tumultueuses.

Enfin, si les partis politiques (ou les groupes) constituent l’échelle retenue dans le cadre de ce séminaire, l’occasion de saisir l’enjeu social du positionnement politique sera offerte. Il est intéressant de se focaliser sur les choix à disposition du citoyen qui lui permettent de se construire politiquement dans un espace social dont les contours sont en constantes mutations.

Séance 1: 12/12/2014,  14h30 – 16h30 – Saint-Jean-d’Angély, Salle plate

 L’apprentissage des valeurs de la démocratie au XIXe siècle

            Jean-Claude Caron (CHEC, Université Blaise Pascal) : « D’un champ de bataille à l’autre. Entrée en politique et apothéose parlementaire du général Foy (1815-1825). »

          Vivien Faraut (CMMC, UNS): « Le rôle de la vie associative dans la construction d’un personnel libéral sous la Restauration. »

 ***

Séance 2:  30/01/2014 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 La politisation informelle: le clientélisme et ses réseaux.

             Jean-Louis Briquet (CESSP, Université Paris I Panthéon-Sorbonne): « Les dynamiques de la politisation en Corse sous la troisième République. »

                Jean-Paul Pellegrinetti (CMMC, UNS): « Construire son réseau : l’exemple d’Emmanuel Arène en Corse. XIXe-XXe siècle. »

 ***

Séance 3: 13/02/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 Entre unité et division, les droites françaises de la Restauration à nos jours

                Olivier Tort (CREHS, Université d’Artois) : « Fractionnements et recompositions de la droite sous la Restauration. »

               Damon Mayaffre (BCL, UNS): « Qui est « on » ? Entre moi et les autres, l’usage rhétorique de « on » dans le discours de Nicolas Sarkozy. »

 ***

 Séance 4: 20/03/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC, H 301

 Se forger en situation conflictuelle: les mobilisations sociales au XXe siècle

                     Olivier Fillieule (IEPI, Université de Lausanne) : « La fabrique des identités collectives pour et dans les mobilisations politiques. »

                 Magali Guaresi (CMMC / BCL, UNS) : « Être députée sous la Cinquième République (1958-2007). Discours et identités politiques autour des mobilisations. »

***

Séance 5: 17/04/2015, 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC,  H 301

 Les reconfigurations politiques des hommes autour des idées (fin XVIIIe-début XIXe siècle)

 

                Hervé Leuwers (IRHIS, Université de Lille III): « Entrer en Révolution. L’exemple de Robespierre »

                Vladislava Sergienko (Université d’Etat de Moscou Lomonossov, CMMC UNS): « Les pratiques politiques et la diffusion des idées. Les monarchiens et les feuillants. Les oubliés de la Revolution? »

                                                                                            ***

Séance 6: 22/05/2015 14h00 – 16h00 – Carlone, CMMC,  H 301

 « La démocratie brute est absurde »: Sieyès ou le laboratoire du régime représentatif

                  Pierre-Yves Quiviger (CRHI, UNS) : « Sieyès et la question du suffrage : de la distinction citoyens actifs/citoyens passifs aux listes de confiance. »

                   Adeline Beaurepaire-Hernandez (CRH XIXe, Université Paris-Sorbonne) : « La fabrique de l’acteur politique sous le Consulat et l’Empire : les listes de confiance et les collèges électoraux. »