Les racines de la culture fasciste entre latinité et méditerranéité

Colloque International le 26 et 27 novembre 2015

Salle du Conseil, UFR LASH, Université Nice Sophia Antipolis

 

Le programme du colloque est disponible sur le site du CMMC:

http://cmmc-nice.fr/wp-content/uploads/2015/07/PROGRAMME-FASCISME.pdf

 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des générations de chercheurs se sont employées à explorer et proposer diverses « interprétations du fascisme », pour reprendre le titre d’un ouvrage de l’éminent historien Renzo de Felice. Dans les dernières années du XXe siècle, avec la fin des grands affrontements idéologiques et intellectuels, un relatif consensus s’est fait jour sur les grands aspects de la doctrine comme du régime fascistes. Un sujet se révèle cependant en reste et continue de susciter controverses et polémiques : la culture fasciste.
Objet polymorphe, aux ramifications nombreuses, la culture, pourtant pivot du projet et du régime fascistes, demeure difficile à cerner, non pas dans ses manifestations, largement étudiées, mais dans son essence. La place de la culture dans l’élaboration du mouvement fasciste et dans la consolidation du régime, comme matrice de la marche au totalitarisme, ne fait pas de doute mais le risque est grand de classer sous cette étiquette générique des éléments contingents ne traduisant pas la véritable nature du fascisme. Or la culture innerve toute l’histoire du fascisme et assure même le lien, la continuité si tant est que l’on puisse en déceler une, entre ce qu’il est convenu d’appeler le « fascisme-mouvement » et le « fascisme-régime ».
Aussi apparaît-il nécessaire et intéressant de retourner la perspective traditionnellement retenue et de revenir aux sources : au lieu de s’interroger sur le rôle de la culture comme outil du fascisme, a posteriori donc, le colloque se propose d’explorer le rôle de la culture comme paramètre déterminant du fascisme. En d’autres termes, plutôt qu’un dérivé du fascisme, la culture apparaîtrait comme l’un des fondements du « modèle » fasciste. Cela revient à repousser la distinction quelque peu artificielle entre culture politique et culture mentale, littéraire ou artistique. La culture fasciste formerait ainsi un tout, dont on chercherait les « racines », terme polysémique qui renvoie à la fois aux origines et à l’« enracinement », c’est-à-dire l’imprégnation de ce fonds idéologique dans l’expérience fasciste.
L’objectif s’avère si vaste qu’il impose de réduire la focale et de retenir une fenêtre d’observation à la fois précise et porteuse de l’ensemble des enjeux à l’œuvre : celui de la latinité et de la méditerranéité dans la culture fasciste. On retrouve d’ailleurs là un autre sens du terme de racines, plus géographique cette fois, qui replace le fascisme dans son berceau, entre Italie et Méditerranée.
Les thèmes de la latinité et de la méditerranéité marquent en profondeur les racines et références du fascisme. Ceux-ci, largement attestés, n’ont cependant pas fait souvent l’objet d’analyses précises et circonstanciées. D’où tirent-ils leur origine ? Quels ont été les vecteurs de leur diffusion ? En quoi constituent-ils une référence opératoire légitimant une doctrine, un régime puis une politique ? S’agit-il d’un habillage plus ou moins habile ou traduisent-ils une idéologie profonde ? Ces questionnements non exclusifs peuvent être explorés à divers supports et échelles : dans la production des fascistes eux-mêmes ou de leurs inspirateurs, comme thèmes fondateurs d’une politique, d’un projet, d’une œuvre artistique et littéraire, comme référence culturelle constitutive d’une mentalité, voire d’une identité…
Discours politiques, articles de presse, essais, œuvres littéraires, artistiques et politiques, archives politiques et diplomatiques attendent les chercheurs qui les interrogeront à travers cette approche précise. Ce colloque entend véritablement afficher une dimension pluridisciplinaire en ce qu’il fera travailler des chercheurs issus de disciplines différentes sur le même corpus.

Avec le soutien financier de l’ANR ICEM

Citoyenneté, République et démocratie (1789-1899)

Séminaire organisé par la Régionale de Nice de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG), avec le soutien du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et de l’ANR ICEM

Mercredi 25 novembre

Salle de conférence de la Bibliothèque Henri Bosco (1er étage)

Faculté des Lettres – Campus Carlone  98, bd Édouard Herriot – 06 200 Nice

14 h Olivier CLOUET, Myriem REBAÏ (Président et trésorière de la Régionale de Nice, professeurs d’histoire-géographie) : Mot de bienvenue et introduction

14 h 10 Jean-Yves MOLLIER (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines) : « Ah ! que la République était belle sous l’Empire… » Citoyenneté, République et démocratie à l’épreuve des scandales dans les années 1880-1900

15 h 15 Jérémy GUEDJ (Docteur en histoire contemporaine de l’Université de Nice, professeur d’histoire-géographie) : Les identités difficiles ? Minorités, citoyenneté et République en France au XIXe siècle

16 h 20 Olivier CLOUET (Président de la Régionale de l’APHG, professeur d’histoire- géographie) : Éclairage documentaire sur la citoyenneté en Algérie après la conquête française